Vera

Vera
Lire plus Lire moins

Ville ancienne, Vera se situe dans la zone est d"Almerí­a, tout près de la côte, sur laquelle s"étend une partie de son territoire. Sa structure urbaine a su conserver l"histoire tout en l"alliant à un développement urbanistique plus moderne.

Elle rassemble un certain nombre d"édifices et de lieux intéressants tels que l"Hôtel de Ville, le Musée Historique, l"Eglise la Encarnación, construite sous l"apparance d"une forteresse afin de protéger la ville des invasions de pirates, maisons seigneuriales et bourgeoises construites au moment de l"essor économique de la ville.

Actuellement, bien qu"elle ne se trouve pas complètement en bordure de mer, le tourisme constitue la plus importante de ses activités, puisqu"elle présente une magnifique offre d"installations et d"infrastructures de premier ordre.

Histoire

Cette zone a été habitée par l´homme depuis très longtemps. La culture de l´Argar occupera toute cette contrée à partir du IVe millénaire av. J-C. La toute première fondation de cette ville fut conditionnée par l´activité minière. Les Carthaginois fondèrent Baria, près de Villaricos, au VIe siècle av. J-C.
A l´époque romaine, l´exploitation des mines continua et la ville fut nommée Barea; elle se trouvait alors sur l´emplacement actuel de Villaricos. Tout autour, une série de villages se formèrent et exploitèrent les terres sous la forme de latifundi.
Aux temps d´Al-Andalus (Andalousie musulmane), l´insécurité de la côte et le déclin de l´activité minière contraindront les habitants à se déplacer, au XIIIe siècle, vers une zone plus sûre dans l´arrière-pays, au Cerro del Espíritu Santo où un hameau existait déjà. C´est alors qu´elle deviendra la ville la plus orientale du Royaume de Grenade, à la frontière avec Lorca.
La conquête chrétienne se fit en 1488. On établit alors dans cette ville le campement des armées chrétiennes. Cette zone étant stratégique, les Rois Catholiques, pour plus de sûreté, transférèrent les musulmans dans l´arrière-pays et la ville fut repeuplée par des hommes d´armes. De plus, elle devint propriété royale, dépendant de la Couronne et ses droits et privilèges lui furent accordés en 1494. Le premier maire chrétien fut le capitaine Garcilaso de la Vega.
En 1518 un tremblement de terre la dévasta totalement et elle fut reconstruite deux ans plus tard à l´emplacement qu´elle occupe aujourd´hui, par ordre du Charles V, comme une ville murée de forme rectangulaire, dont la forteresse centrale était le temple paroissial.
La révolte des Maures de 1568 éclata dans toute la contrée. Vera ne fut pas affectée puisqu´aucun Maure n´y vivait. En septembre 1569, des Maures, sous les ordres d´Aben Humeya, envahirent la ville afin de pouvoir dominer un vaste territoire côtier et établir ainsi une communication directe avec le Nord de l´Afrique. Cet assaut prit fin lorsqu´ils apprirent qu´une armée venant de Lorca était proche.
La Sociedad de Amigos del País de Vera (Société des Amis du Pays de Vera) sera la deuxième en Andalousie à solliciter l´approbation des statuts, en juin 1776. Le développement urbanistique de la ville reflète les progrès économiques et démographiques de cette période.
Le XIXe siècle sera marqué par une série de faits importants comme le soutien de la Constitution de 1812 pendant le Triennat Libéral de 1820 à 1823, ainsi que la création d´une Milice Urbaine chargée de défendre les valeurs de la constitution. La découverte d´un filon argentifère dans le ravin El Jaroso de Sierra Almagrera relancera l´économie de la ville de Vera. A la fin du siècle, la périmètre municipal que nous connaissons aujourd´hui prendra définitivement forme.
Vera
Zone touristique
Distance à la capitale (km)
92
Altitude au dessus du niveau de la mer (m)
102
Extension (km 2 )
63
Nombre d'habitants
6695
Gentil
Veratenses
Code postal
04620
Contact
Copier les informations de contact
Copié dans le presse papier
Réseaux sociaux

Autres destinations qui peuvent vous intéresser

nous recommandons