Los Alcornocales

Los Alcornocales
Lire plus Lire moins

Los Alcornocales s'élève comme un bastion côtier face aux vents marins, d'Ouest et d'Est. Ces derniers, chargés d'humidité, recouvrent les forêts sous un épais brouillard qui semble suspendre le passage du temps.

Sur le front occidental des sierras bétiques, entre les provinces de Cadix et Malaga, cet espace naturel est une succession de montagnes abruptes d'altitude variable. En hauteur, le grès adopte des formes inattendues sous l'action érosive des vents, notamment de gigantesques dalles et de féroces ravins. Là où le calcaire est présent, comme dans Las Motillas, il donne lieu à l'un des reliefs karstiques les plus intéressants d'Andalousie, avec de nombreuses grottes et cavités.

Les pluies abondantes créent un remarquable réseau de rivières et de ruisseaux qui se jettent soit dans la Méditerranée soit dans l'Atlantique et qui façonnent en grande partie l'un des paysages les plus extraordinaires de la péninsule ibérique, les « canutos », des ravins étroits et profonds qui se produisent dans les cours supérieurs des rivières et abritent un monde végétal très singulier.

Faune et flore

Los Alcornocales, comme son nom l'indique, constitue la masse de chênes-lièges la plus importante de la péninsule ibérique, la mojea, qui se développe dans des environnements ensoleillés en compagnie des arbousiers, des filaires à feuille étroite et des nerprun alaternes, alors que sur le versant ombragé il cohabite avec le chêne-liège et favorise la présence d'une grande quantité de champignons. À basse altitude apparaissent les bujeos, de petits ilots de végétation qui conservent des traces des anciens bois d'oliviers sauvages qui cohabitent avec des bruyères, des palmiers nains, des myrtes, des champs de culture, des pâturages où paissent des vaches, aussi bien « retintas » que de combat. La proximité du Détroit explique la présence de nombreux oiseaux, et en effet, jusqu'à 18 sortes de rapaces et un grand nombre de petits oiseaux sillonnent le ciel ou habitent les ravins. Mais ce sont les amphibiens et les reptiles, la moitié de ceux qui habitent la péninsule ibérique, et 11 types de chauve-souris cachés dans les grottes qui sont les plus nombreux. Tandis que les sommets sont dominés par le bouquetin d'Espagne, les bois abritent le chevreuil d'Andalousie, leur lutin, qui cohabite avec les genettes, les blaireaux et les mangoustes. Le véritable protagoniste botanique de l'espace naturel est la laurisylve qui se développe dans les « canutos » (ravins étroits), une forêt subtropicale ancrée dans le temps. Les aulnes qui occupent les bords du « canuto » empêchent la lumière de pénétrer au fond du ravin, où l'humidité crée des masses singulières de rhododendron, laurier, noisetier, laurier-tin, aulnes, houx et fougères peu communes sous ces latitudes. Tandis que la loutre sillonne ces eaux, le merle, le martin-pêcheur et un grand nombre de libellules et de trichoptères les survolent, témoignant de la qualité des cours d'eau comme l'Hozgarganta.
fr
Lire plus

Points d'intérêt

Coordonnées non disponibles

Services et infrastructures

  • Office du Tourisme
  • Parc Botanique
Public objectif
Lgbti, je voyage seul, amis, Famille, couples, Elder, jeune homme
Les segments
Sports, Nature, Culture, Loisirs et divertissement
Liens
7
Voir les liens
Type d'activité
Course d’orientation, Vélo, Alpinisme, Activités équestres, Canoë-kayak, Spéléologie, Randonnée, Parachutisme, Saut à l’élastique, Pêche, Canyonisme, Véhicules tout-terrain, Vol libre, Escalade, Multi-aventures, Voyage en ballon
Marques de qualité
-, Charte Européenne du Tourisme Durable
Unités environnementales
Moyenne montagne Bétique
Date de déclaration
28 / 07 / 1989
Surface (m2)
167767