Route des Mines

Route des Mines
Lire plus Lire moins

Les styles les plus prononcés de Jaén sont les fandangos de la Puerta de Segura, ou les jotas de Siles, d'Albanchez et d'El Ojuelo. Ce qui explique l'influence de la province sur la création des styles du Levant. L'endroit est également riche en trilleras, temporeras et pajaronas, mais le grand filon se trouve dans les mines : un flamenco différent et authentique, reposant sur la taranta. Pour cette raison, le point de départ de ce circuit à la frontière entre le flamenco et la renaissance artistique se situe à Linares.

Et plus précisément, la référence incontournable pour commencer est Rafael Romero El Gallina, successeur du mythique José Yllanda. Cet artiste originaire d'Andújar récupéra tous les cantes de sa terre et se consacra à la taranta, dont le plus haut représentant sera ensuite Gabriel Moreno, de Linares. Ce sont les ventas (auberges) du bord des routes et les relais de poste, qui abondaient dans la région, qui assuraient les transmissions musicales entre Murcie et Jaén. Ce serait justement ainsi que les cantes de madrugá de Murcie, précurseurs des premières tarantas, firent leur apparition à Linares.

Dès 1852, Linares fut le siège d'une intense période d'activité minière. L'installation d'entreprises étrangères entraîna la croissance de la région, qui attira alors de nombreux artistes à la recherche de leur pain quotidien. C'est l'époque des cafés concerts Colón, Cortijo Real et Manolín à La Carolina ; le Café de Los Meleros, La Perla, El Minero, El Pasaje, le Café Marín et El Exprés ou Salón Regio à Linares. Beaucoup d'entre eux ont disparu avec les mines, mais certains persistent encore, reconvertis en tablaos ou peñas, et peuvent être visités.

C'est dans un tel contexte que sont apparus des cantaores comme Basilio de Linares, El Bizco, El Calaco, El Pescaero, El Vagonero, El Sordo, El Personita, El Arriero ou El Cabrerillo, dont s'inspire aujourd'hui la maestra Carmen Linares.

Almería est, d'un point de vue historique, la terre du fandango. Il est chanté et dansé d'Adra à Níjar, de Balerma à Laujar, de Serón à Vera. La capitale de province nous permet de remémorer les cafés El Grillo, Los Jardinillos et Lion D'or, qui furent les premiers à s'installer. C'est tout près de là que Juan Breva monta un restaurant de petite friture aujourd'hui connu de tous les habitants d'Almería. L'établissement, situé dans la rue Real, accueillit des artistes de la taille d'El Ciego la Playa ou Pepe el Marmolista, entre autres. Sans oublier le rôle fondamental du Casino Almeriense dans l'histoire du taranto, puisque dès 1881, s'y produisaient La Rubia de Málaga ou El Canario.

Le lieu-dit Torregarcía, sur la plage d'Almería à proximité du cap de Gata, est fréquemment mentionné dans les anciens tarantos. Ce serait Juan el Cabogatero, un homme à la vie turbulente et difficile, qui aurait créé vers 1810 la taranta por la Sierra Almagrera - autre endroit à visiter absolument pendant ce voyage.

Notre route s'achève finalement à Paterna del Río, localité dont de nombreux érudits pensent que provient la petenera. Il est vrai que ce palo est chanté dans cette municipalité et celles des alentours depuis fort longtemps.

Aujourd'hui, toute l'activité flamenca est concentrée au niveau des peñas de la capitale de province, comme « El Taranto » ou « El Arriero » ou encore la prometteuse « Los Jóvenes Tempranos », où les artistes locaux, et notamment José Sorroche, interprètent leurs cantes.

Néanmoins, toute visite flamenca à travers la province la plus orientale d'Andalousie exige une autre perspective : celle de la guitare. Il est indispensable de se promener sur le Paseo de los Castaños, dont s'inspira Tomatito pour ses créations les plus récentes, mais aussi de visiter l'atelier de Gerundino et d'y contempler ses sonantas en cours de fabrication. Cette terre est le berceau de Julián Arcas, l'un des premiers guitaristes flamencos de l'histoire et père d'une soleá qui est parvenue jusqu'à nos jours à travers le maestro Amate et Tomate Viejo, grand-père de Tomatito.

fr
Lire plus

Itinéraires

Route des Mines - 1
Difficulté Moyen
A Andújar
B Linares
C Almería
D Paterna del Río
Contact
Nous n'avons pas d'informations de contact

Services et infrastructures

Public objectif

jeune homme, traiter, Elder, couples, je voyage seul, amis, Lgbti, Famille

Saison de l'année

Hiver, Été, Printemps, Automne